L’utilisation croissante des téléphones mobiles est derrière la disparition des abeilles productrices de miel et de l’effondrement de leurs ruches, disent les scientifiques.

Ecrit par Dean Nelson à New Delhi
Publié en anglais le 29 mai 2010 par le www.telegraph.co.uk

 

La disparition des abeilles a suscité une grande inquiétude dans toute l’Europe et en Amérique du Nord, où les militants ont accusé les pesticides agricoles, le changement climatique et l’avènement des cultures génétiquement modifiées, pour ce qui est maintenant connu comme le «syndrome d’effondrement des colonies». La Grande-Bretagne a connu une baisse de 15 pour cent de sa population d’abeilles lors de ces deux dernières années et la diminution de leur nombre a entraîné une augmentation des vols de ruches.

abeilleActuellement, les chercheurs de l’université de Chandigarh’s Punjab University affirment avoir trouvé la cause dans ce qui pourrait être le premier pas dans le renversement de ce déclin: Ils ont établi que les radiations émises par les téléphones mobiles est un facteur clé du phénomène et disent que ces radiations interfèrent avec leur sens de navigation.

Ils ont mis en place une expérience contrôlée comparant le comportement et la productivité d’abeilles dans deux ruches différentes – l’une a été munie de deux téléphones mobiles mis sous tension pour deux séances d’une quinzaine de minutes par jour, pendant trois mois. L’autre avait des modèles factices.

Après trois mois de ce régime, les chercheurs ont enregistré un déclin dramatique de la taille de l’essaim de la ruche sous influence des mobiles, une réduction significative du nombre d’oeufs pondus par la reine. Les abeilles ont également arrêté de produire du miel…

La reine de la ruche «aux mobiles» a produit moins de la moitié des oeufs par rapport à son homologue dans la ruche «normale».

Ils ont aussi constaté un déclin dramatique du nombre d’abeilles retornant à la ruche après avoir collecté du pollen. Pour cette raison, la production de nectar de la ruche a également diminué.

Ved Prakash Sharma and Neelima Kumar, les auteurs du rapport publié dans le journal “Current Science”, ont écrit:
«L’augmentation dans l’utilisation des gadgets électronique a conduit à un électro-pollution de l’environnement. Le comportement et la biologie des abeilles a été affectée par l’aielectrosmog puisque ces insectes utilisent le magnétisme de leur corps qui les aide à la navigation».
«Il existe bon nombre de rapports signalant la disparition soudaine de colonies entières d’abeilles. La raison n’est pas encore très claire. Nous avons comparé les performances d’abeilles exposées aux radiation de téléphones cellulaires avec celles de colonies non-exposées.»

«Un déclin significatif de la force d’une colonie et de taux de production d’oeufs de la reine a été observé. Le comportement des butineuses exposées a été négativement influencé par l’exposition, il n’y avait ni miel ni pollen dans la colonie à la fin de l’expérience.»

Tim Lovett, de l’association anglaise des apiculteurs, a, quant à lui,  déclaré que les ruches de Londres ont été couronnées de succès, malgré la haute densité de téléphones cellulaires. «Les travaux antérieurs dans ce domaine ont indiqués que l’utilisation des téléphones mobiles n’est pas un facteur réel,» a-t-il déclaré. «Si de nouvelles données voient le jour. nous aviserons.»

Il a également déclaré que: «Pour le moment, nous pensons qu’il s’agit plus d’une combinaison de facteurs, comme notamment les maladies, les pesticides et les pertes d’habitats.»

Le gouvernement britannique a investit £10 million dans la recherche sur le déclin des pollinisateurs comme les abeilles, mais l’association anglaise des apiculteurs  revendique un investissement bien plus important pour la recherche sur ce problème, notamment sur l’études des pesticides, des maladies et des nouvelles technologies comme les téléphones cellulaires.

Selon l’Université de Durham, les abeilles disparaissent d’Angleterre bien plus vite que partout ailleurs en Europe. Plus de la moitié des ruches ont disparu au cours des 20 dernières années.

Les statistiques les plus récentes montrent que le déclins des abeilles se ralentit, se stabilisant à la perte d’une ruche sur six. Mais c’est encore supérieur au taux naturel de perte qui se situe à dix pour cent. Mais cela reste une amélioration par rapport aux années précédentes.

L’augmentation de vol de colonies a radicalement augmenté dans le monde. Pour parer à ce problème, certains apiculteurs allemands ont équipé leur colonie de dispositifs de repérage par GPS.

Pin It on Pinterest